Livres
432 954
Membres
354 930

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Alfred Elton Van Vogt

461 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par ninanina 2009-08-24T14:50:24+02:00

Biographie

Alfred Elton Van Vogt est mort le 26 janvier 2000 dans une indifférence quasi générale ; il me semble que la science-fiction est redevable à Van Vogt et même si sa meilleure production remonte à l’Âge d’Or (1940-1950) de la science-fiction américaine, il mérite bien qu’on lui accorde plus qu’une pensée émue.

Cette page est destinée à rappeler la vie et l’œuvre d’A. E. Van Vogt avant qu’il disparaisse à jamais dans la nuit des temps.

Né le 26 Avril 1912 à Neville au Manitoba (Canada), aux environs de Winnipeg , Alfred Elton Van Vogt passe son enfance, jusqu’à 10 ans, dans une petite ville du Saskatchewan, où il rencontre peu de monde et dont l’activité principale est orientée sur l’agriculture.

Ces parents, d’origine néerlandaise, privilégient leur langue d’origine au sein de la famille, renforçant l’isolement de leur fils qui trouva, face aux difficultés de l’enfance, et en particulier l'équivalent d'un passage à tabac alors qu'il tentait de défendre l'un de ses cadets, un refuge dans la lecture.

La famille se compose, outre Alfred d’un frère aîné, Arthur, de deux frères cadets Edmund et Ira et d’une jeune soeur, Edna

Les déplacements du lieu d’habitation de la famille furent, en général, de nouvelles sources de problèmes, Alfred se trouvant toujours en décalage, mal dégrossi dans la société " chic " du Manitoba ou provincial à Winnipeg.

La perte d’emploi de son père pendant la crise de 1929, conduit le jeune adolescent à entrer dans la vie active où il exercera successivement des métiers de conducteur de camion, d’ouvrier agricole ou d’employé aux statistiques , tout en confirmant sa vocation d’écrivain en entamant la rédaction de ses premiers textes. Dés le début des années 30, il est publié en participant à des concours littéraires.

Sa première publication de science-fiction date de 1939, il s’agit de la nouvelle " Black Destroyer " qui rencontre un succès immédiat et dont on dit qu’elle serait l’une des sources du film Alien. Cette nouvelle est aussi la première d’un mode d’écriture désigné en premier par Van Vogt sous le terme " fix-up novel " qui consiste à écrire et publier de façon indépendante des nouvelles qui sont ensuite rassemblées pour former un roman complet. La faune de l’espace (the voyage of the space beagle) reprendra sous la forme d’un roman cette première nouvelle et deux suivantes.

A partir de ce premier succès, A.E. Van Vogt va enchaîner pendant plus de 10 ans des oeuvres majeures : à la poursuite des Slans, le monde du non-A, les armureries d’Isher , le sorcier de Linn.

Marié le 9 Mai 1939 avec Edna Mayne Hull, il coécrira avec elle un certain nombre de textes dont aucun ne fait partie de ces publications phares.

Au moment de son mariage, il s’installe à Ottawa et doit, au moment de l’entrée en guerre du Canada, prendre un poste au Ministère de la Défense Nationale. Pendant plusieurs mois, il essaiera de concilier emploi et écriture, produisant en particulier à cette époque le magnifique " A la poursuite des Slans ", que je ne trouve ni naïf , ni puéril (allusion à l'opinion de Lorris Murail ) ; il finira par quitter son poste au Ministère pour se consacrer exclusivement à l’écriture et s’installe à Farm Point au Québec.

Sa production est alors intense, 300 000 mots par an et lui permet à travers un contrat avec John Campbell, l’éditeur d’Astounding Stories, d’assurer son indépendance financière.

En 1944, Alfred Van Vogt et son épouse s’installent à Los Angeles, ils seront rejoints en 1945 par Edna, la soeur d’Alfred ce qui conduira sa femme à privilégier son deuxième prénom.

En terme de prénom, Alfred abandonnera progressivement l’utilisation de ce prénom pour utiliser le diminutif de " Van ".

Los Angeles, carrefour de toutes sortes de religions, de sciences et autres cultes, fera connaître à Van Vogt la théorie d’Alfred Korzybsky sur les systèmes non-aristotéliciens et la sémantique générale. Cette théorie est au cœur du cycle du non-A qui est un immense succès.

Cependant, dès cette époque, des détracteurs de Van Vogt lui reprochent une construction confuse ou complexe de ces romans, voire une certaine vacuité dans l’imagination. Si on doit admettre que la systématisation de la technique de " raboutage " de nouvelles peut amener parfois un sentiment de confusion, il n’en reste pas moins que les romans des années 40 de Van Vogt sont des chef d’œuvre de la science-fiction et qu’il est un peu dommage d’amalgamer cette période avec celle de l’après-dianétique; sur cette première période, je ne partage pas l'opinion tranchée de Lorris Murail qui qualifie le style de Van Vogt de "pathétique grandeur" et qui sur l'oeuvre, conclut à la "pauvreté du résultat" citant "l'intrigue confuse,la syntaxe défaillante, le héros sans substance...".

Par contre, après avoir rencontré en 1945 L. Ron Hubbard, Van Vogt, convaincu par sa femme qui a été soulagée de maux de têtes persistants par l’application de principes dianétiques, accepte de représenter la fondation dianétique californienne. Sa femme et lui passeront 12 ans dans cette activité qui les éloigneront de l’écriture et qui oblitérera la perception des lecteurs sur sa production passée.

Le fait que la dianétique conduise à la Scientologie, qui, parce ce que c’est une religion, n’intéresse pas Van Vogt et la stimulation de Frederik Pohl le ramènent à la science-fiction.

Il déploiera une activité intense, menant de front jusqu’à 6 romans, sans il est vrai, retrouver la qualité de ses premières productions et justifie à partir de ce moment l'opinion mitigée qui est la plus commune à son sujet. Je crois qu'il faut dissocier l'homme et son oeuvre, en acceptant, sans les faire siens, les choix contestables qu'il a pu faire à titre personnel et en se réjouissant des livres qu'il a écrit avant de "se perdre".

Sa femme, Edna Mayne, meurt en 1975, l’année où paraît aux Etats Unis une autobiographie, intitulée " reflections of A.E. Van Vogt ".

Il se remarie en 1979 avec Lydia I. Brayman et écrira , avant de se retirer, son dernier livre en 1985, ce " fin du non-A " n’apporte rien et est sans doute inutile, voire néfaste, à la gloire de Van Vogt.

A partir de 1990, A.E Van Vogt est atteint par la maladie d’Alzheimer ce qui ne l’empêche pas, il n’est jamais trop tard , de recevoir en 1996, le prix spécial de la convention mondiale de science-fiction d’Anaheim, pour l’ensemble de sa carrière.

Le 26 janvier 2000, à l’âge de 87 ans, il meurt des suites de complications liées à une pneumonie.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.75/10
Nombre d'évaluations : 101

0 Citations 163 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Alfred Elton Van Vogt

Sortie France/Français : 2017-04-20

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Cha249 2017-05-01T18:51:32+02:00

Le roman est un peu différent des précédents, Gilbert Gosseyn n'est plus comme avant. Cependant, c'est toujours un bon livre de science fiction et je ne pouvais pas arrêter d'y penser après l'avoir fini.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Syracuse 2018-01-08T20:52:28+01:00

Un univers compliqué, sans explications vraiment claires ni orientées ni précises. Un fratras et un fouillis emmêlés au possible qui perd l'intérêt du scénario pourtant intéressant et original dès les premières pages. Des sentiments quasi-inexistants. La science-fiction n'est pas mon domaine de prédilection certes mais après ça... Ce l'est encore moins.

Je me suis perdue dès les premières pages et je n'ai jamais pu retrouver un sens ni un intérêt à poursuivre ma lecture dans cet univers futuriste trop fourni en explications sur les différents non-A et A... Bref... à oublier pour moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par barzoi 2018-02-06T21:02:38+01:00

De nombreux rebomdissements parseme cette histoire qui s'étend au dela du systeme solaire jusque dans la galaxie entiere

Un empire contre une ligue de planetes, thematique connue deja

Le héros est en fait manipulé tout du long, comme une arme fantoche, pour eliminer la tete de l'empire

Afficher en entier
Commentaire ajouté par barzoi 2018-02-06T21:10:33+01:00

De la "SF classique". Sf de l'age d'or américain plutôt.

L'histoire m'a semblé difficile à cause du mode narratif employé (on ne sait pas trop quand les personnages parlent, on nous le dit apres)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par barzoi 2018-02-06T21:16:28+01:00

1er tome décousu,2nd tome TB, quant au 3eme tome : pas accroché.

Le héros y apparait fatigué, s'accrochant à son education de base sans pouvoir évoluer

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kasila 2018-02-19T14:42:58+01:00

Ce livre m'avait été offert par mon père dans une de ses tentatives désespérée de faire aimer la science-fiction à ses enfants (même si je dois avouer que chez moi cette tentative n'a pas été totalement vaine) en me disant cet auteur est l'un des très rare de SF à être de droite. Bon, si j'ai trouvé l'anecdote assez amusante cela ne s'est pas ressenti plus que ça sur le livre.

Maintenant, mon avis. La science-fiction en littérature est un genre auquel je m'accroche mais force est de constater que j'ai un énorme problème avec la façon dont c'est écrit. Je n'arrive simplement pas à accrocher à ce style alambiqué qui me semble extrêmement froid et qui empêche toute empathie avec les personnages. J'avais eu à peu près la même impression avec les Androïdes rêvent-ils de moutons électrique de K. Dick (mais en beaucoup plus fort avec ce dernier). Je ne comprends pas vraiment où l'on veut nous emmener, je comprends le message principal sur la tolérance et tout ça mais je sens qu'il y a quelque chose que je ne capte pas et ça a le don de m'énerver.

De plus je trouve le rythme effroyablement lent, l'action semble molle, et le seul moment où l'on finit par entretenir une sorte d'empathie pour Jommy, elle est réduite à néant une dizaine de page plus loin.

A la poursuite des Slans n'a donc pas été une lecture agréable loin de là et j'ai quelque fois du me faire souffrance pour continuer. Mais je n'ai pourtant aucun regret à l'avoir lu donc, je le mets juste en Lu.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par langelot 2018-03-07T14:17:37+01:00

j'aurais du mal à cibler où à reformuler l'intrigue de ce livre. Pourtant, j'y suis resté plongé du début à la fin. Dans un style tout à fait extraordinaire, Van Vogt m'a ouvert au monde de la science-fiction.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par al61 2018-06-20T00:23:36+02:00

ouvrage à l'origine de l'inspiration du film Alien. Ce livre est la construction de plusieurs histoires compilés autour de la découverte du non humain et de toute les extrapolations psychologiques et physiques possibles.Le tout transcendé par une nouvelle science synthèse de toutes les autres.Ecriture des années clinquantes mais encore vivace et atractive.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par InconstanceFMR 2018-07-16T22:34:14+02:00

Le tout premier roman que j'ai lu avec plaisir. J'avais 11 ans, je devais faire un exposé en classe de français, j'étais tombée dessus par hasard au CDI du collège et je l'avais choisi car je l'avais aimé dès le résumé. C'est l'histoire immuable de l'humanité, la peur de la différence.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par T'ek 2018-07-28T10:34:24+02:00

"Le Monde des Non-A" est surement un roman édifiant dans le domaine de la SF, mais pas pour autant une réussite dans celui de la littérature. Tout en usant une écriture propre bien que sans caractère, Van Vogt ne maîtrise ici pas du tout la narration, présumant le lecteur capable de comprendre ses sous-entendus alors que certaines scènes et surtout dialogues sont incompréhensibles. La lecture en devient laborieuse, peu captivante, et finalement décevante. Sans parler d'un monde peu exploité ou expliqué, pour tourner autour d'un personnage auquel il est impossible de s'attacher.

Bref, une lecture dont je vais vite oublier le contenu.

Afficher en entier

On parle de Alfred Elton Van Vogt ici :

Guide de l'âge d'or : les maîtres
2017-02-18T18:35:11+01:00

Dédicaces de Alfred Elton Van Vogt
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

J'ai lu : 133 livres

Pocket : 11 livres

Marabout-Gérard : 8 livres

Hachette /Gallimard : 6 livres

Denoël : 5 livres

Opta : 5 livres

Librairie des Champs-Elysées : 3 livres

Albin Michel : 2 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode