Livres
432 827
Membres
354 823

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Jean-Paul Sartre

2 973 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Lyli 2011-04-02T15:19:02+02:00

Biographie

Né le 21 juin 1905 à Paris, Jean-Paul Sartre, avec ses condisciples de l'École normale supérieure, critique très jeune les valeurs et les traditions de sa classe sociale, la bourgeoisie. Il enseigne quelque temps au lycée du Havre, puis poursuit sa formation philosophique à l'Institut français de Berlin. Dès ses premiers textes philosophiques, L'Imagination (1936), Esquisse d'une théorie des émotions (1939), L'Imaginaire (1940), apparaît l'originalité d'une pensée qui le conduit à l'existentialisme, dont les thèses sont développées dans L'Être et le Néant (1943) et dans L'existentialisme est un humanisme (1946).

Sartre s'est surtout fait connaître du grand public par ses récits, nouvelles et romans -La Nausée (1938), Le Mur (1939), Les Chemins de la liberté (1945-1949)- et ses textes de critique littéraire et politique -Réflexion sur la question juive (1946), Baudelaire (1947), Saint Genet, comédien et martyr (1952), Situations (1947-1976), L'idiot de la famille (1972). Son théâtre a un plus vaste public encore: Les Mouches (1946), Les Mains sales (1948), Le Diable et le Bon Dieu (1951).

Soucieux d'aborder les problèmes de son temps, Sartre a mené jusqu'à la fin de sa vie une intense activité politique (participation au Tribunal Russel, refus du prix Nobel de littérature en 1964, direction de La Cause du peuple puis de Libération). Il est mort à Paris le 15 avril 1980.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.12/10
Nombre d'évaluations : 586

17 Citations 436 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Jean-Paul Sartre

Sortie Poche France/Français : 2018-03-01

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par cachu50 2018-08-22T14:55:20+02:00

Une pièce que j'ai lue au lycée, et qui est au final plutôt intéressante à lire, car elle est accessible et traite d'un sujet délicat.

J'avais bien aimé l'étudier.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kasila 2018-08-29T12:04:55+02:00

Alors, Huis-clos.... Ce livre m'a ennuyé d'une force. En tant que pièce de théâtre c'est juste une calamité car, pour moi, du théâtre qu'on ne met pas vraiment en scène, ce n'est pas du théâtre ! Les personnages ne répondent jamais, leurs réactions ne sont pas raccords, alors on peut dire que c'est le fond qui prime sur la forme mais pour cela il aurait fallu que Sartre se cantonne à la philosophie qui est bien l'un seul des genre littéraire où l'on tolère d'écrire n'importe comment. Et sûrement que le cheminement pour en arriver à cette conclusion de "L'enfer, c'est les autres" aurait été bien plus limpide et concis.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par la_plume_trempee_dans_l_encre_de_la_vie 2018-08-29T14:48:02+02:00

Je dois reconnaître avoir eu beaucoup de mal avec cet ouvrage.

 

Les réflexions de Sartre, dans Les Mots — qui porte magnifiquement son titre — sont très intéressantes. Son rapport à la littérature, particulièrement, est longuement développé. Les lettres, pour le jeune Sartre, étaient un sacerdoce, une religion, dont il était le grand chantre (l'analogie entre littérature et religion est effectuée par l'auteur lui-même à plusieurs reprises). Sa relation avec son grand-père, initiateur aux mystères de la lecture et de l'écriture, est longuement développée et rendue avec beaucoup de nuances.

Pourtant, malgré la richesse réflexive et l'omniprésence des livres, de la littérature et de l'écriture, j'ai eu énormément de mal à accrocher au texte. Problème que je rencontre fréquemment dans les autobiographies et autres écritures du soi, c'est l'absence d'aspérités. J'ai eu l'impression d'assister, tout au long du récit, à une répétition avec variations sur le même thème. De fait en découle un certain ennui, renforcé par le manque de saillies auxquelles l'esprit pourrait se raccrocher.

 

Malgré une pensée intéressante, la lecture des Mots s'est révélée fastidieuse ; peut-être une relecture permettrait de rectifier les choses ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par la_plume_trempee_dans_l_encre_de_la_vie 2018-09-02T00:13:15+02:00

Depuis que j'ai entendu parler de la doctrine existentialiste, lorsque j'étais en quatrième, je rêvais de lire Sartre. C'est chose faite !

 

L'existentialisme est un humanisme est parti avec un grand avantage : j'étais déjà acheté à sa cause. Je connaissais déjà, en gros, ses théories, mais les découvrir directement a été très instructif.

L'existentialisme est une doctrine qui se fonde sur l'athéisme. Elle s'inscrit donc, dans une certaine mesure, en opposition à toutes les pensées chrétiennes ou même théistes qui ont précédé. Pour un athée, la philosophie de Sartre présente donc l'avantage de donner une vision du monde où Dieu, n'existant pas, ne peut pas donner de sens à l'existence.

Je ne partage pas l'ensemble des idées de Sartre, je ne prétendrai pas les avoir toutes comprises dans le bon sens ni intégrées, mais je me suis retrouvé dans beaucoup de ses idées et je suis très content d'avoir essayé ce livre — qui, en fait, est l'adaptation écrite d'un discours.

Peut-être un des points positifs majeurs du livre — en plus de la concordance des idées — est son accessibilité. La pensée est, la plupart du temps, claire et bien expliquée ; mon édition (Folio Essais) fournissait, en marge, des mots-clé correspondant au propos de chaque paragraphe : très utile pour s'y retrouver.

 

Quelle est la prochaine étape ? L'Être et le Néant, « essai d'ontologie phénoménologique » ? Descartes, puisque Sartre prend son cogito comme fondement de l'existentialisme ? En tout cas, ce ne sera pas pour tout de suite !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par RMarMat 2018-09-03T15:47:13+02:00

Pour préserver une liberté devenue sans objet, Mathieu Delarue, professeur de philosophie, refuse de s'engager avec Marcelle, enceinte de lui. Cependant, il éprouve des sentiments pour la très jeune Ivich. Il traverse alors le tout Paris durant 3 jours et 3 nuits en demandant à ses amis une aide financière nécessaire à l'avortement de Marcelle, avec qui il partage le lit en cachette de sa mère deux nuits par semaine. Ainsi se résume la trame du premier roman de Jean-Paul Sarthe que je viens de finir de lire. La construction narrative est tout à fait séduisante. On pourrait presque en faire une pièce de théâtre ! Mais c’est vraiment par son style et la puissance de ses pensées que ce roman m’a réellement séduit. Nous pouvons tous s’identifier, comme je l’ai fais aux différents personnage à travers leurs sentiments, leurs doutes, leurs peurs. A travers des thèmes aussi intemporels que la liberté, l’estime ou la haine de soi, l’auteur nous confronte directement à nos individualismes et aux questionnements de nos sociétés actuelles. Finalement , pas grand chose n’a changé, nos égoïsmes, notre égocentrisme, l’écoute et les désirs des unes et des autres. Mathieu, Daniel, Boris, Ivich, Lola, Marcelle mènent une existence somme toute banale. Nous sommes pourtant dans les années 30. Les accords de Munich ont été signé. La guerre qui se prépare fait trembler les consciences. Mais ses personnages sont rongés par leurs problèmes et leurs soucis. Ils les empêchent de voir, de rencontrer l’autre, d’avoir de la compassion. Cette liberté, cette vie foutue les enlise. Comme nous aujourd’hui, ils se complaisent dans leur confort, leurs tristes destins, oubliant le plus important, les chemins de vie, ses choix déchirants qui mènent à l’émancipation.

Autre fait marquant de cette lecture se trouve dans le témoignage d’une époque où la condition et les droits des femmes n’étaient encore qu’illusion. L’écoute et le respect du désir des femmes se résume à ce que l’homme imagine. Alors que les sentiments amoureux des femmes ne s’exprime ici que par leur désespoir à ne pas être aimer. Sans que j’y sois engagé, la place des femmes, ses droits à disposer de leurs corps, leur droit à l’avortement à cette époque m’a interpellé. La place et le regard de l’homosexualité a heureusement aussi beaucoup progressé, ne relevant plus aujourd’hui de tels tabou.

Oui, « le malheur, c’est que nous sommes libre. » Un Chef-d’œuvre de lucidité sous l’éclairage de l’existentialisme Sarthien dont je suis impatient de lire la suite dans « Le sursis ».

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Auchama 2018-09-06T13:50:10+02:00

Ce qui fait de ce livre un bon livre, c'est pour moi le talent d'écriture de Jean-Paul Sartre. Il manie la langue française avec brio. Heureusement d'ailleurs car le fond ne m'a pas emballée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par benerogue 2018-09-14T22:18:10+02:00

"L'enfer, c'est les Autres".

Un huis-clos insoutenable, avec des répliques cultes. Les confrontations montent en puissance au fur et à mesure, nous offrant une ambiance étouffante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par zarg 2018-09-19T11:34:23+02:00

C'est un texte qui peut paraître un peu dérangeant au premier abord mais qui se révèle d'une grande finesse d'analyse. Après, Sartre est un auteur-philosophe qui ne plait pas à tout le monde mais c'est toujours intéressant à lire et étudier, d'autant plus que c'est un philosophe accessible.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Manonlivres87 2018-09-22T22:09:04+02:00

Un ouvrage intéressant de Jean-Paul Sartre sur la littérature et l'engagement. L'auteur évoque différentes périodes et des exemples divers pour argumenter et cela nous permet d'avoir une vision d'ensemble complète. Cependant, ce livre est compliqué à lire et certains propos sont expédiés rapidement sans réelle analyse… Un essai à lire pour approfondir sa culture littéraire. Bonne lecture !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lily67 2018-10-03T19:27:59+02:00

Malgré ma haine viscérale des romans du 20ème siècle, j'avais adoré celui-ci.

J'étais tellement d'accord avec l'auteur sur ce qu'il écrivait ... jusqu’à ce que je comprenne que son roman entier était en fait une critique. Je doute de jamais être en phase avec les auteurs du 20ème.

Malgré tout, ce roman est une petite merveille. Vraiment intéressant à lire et super bien écrit.

Afficher en entier

Dédicaces de Jean-Paul Sartre
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallimard : 38 livres

LGF - Le Livre de Poche : 9 livres

Hatier : 2 livres

Montréal Bordas : 1 livre

Vrin : 1 livre

Presses Universitaires de France - PUF : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode