Livres
432 941
Membres
354 911

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Richard Matheson

Etats-Unis Né(e) le 1926-02-20
Etats-Unis 2013-06-23 ( 87 ans )
1 472 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par anonyme 2010-03-06T18:34:42+01:00

Biographie

Richard Matheson est un écrivain et scénariste américain, né le 20 février 1926 à Allendale, New Jersey, États-Unis. Ses genres de prédilection sont la science-fiction et l’épouvante.

Après des études de journalisme, il se lance dans l’écriture et obtient le succès dès la publication de sa première nouvelle, Le Journal d'un monstre en 1950, qui décrit la haine d’un enfant monstrueux envers ses parents. Ses deux premiers romans, Je suis une légende (variation intéressante autour du vampirisme qui raconte la vie du dernier homme « normal » sur Terre parmi les vampires) et L’Homme qui rétrécit, sont à présent des classiques du genre. Ces deux œuvres, plusieurs fois adaptées au cinéma, montrent le comportement d’un être isolé confronté à une fatalité qu’il désire plus ou moins empêcher. Il écrit aussi La Maison des damnés, l’histoire d’une enquête dans une maison hantée.

Matheson se tourne également vers le cinéma et la télévision. Parmi les multiples adaptations de ses textes, on peut citer les adaptations pour le cinéma de L’Homme qui rétrécit, Le Jeune Homme, la Mort et le Temps (dont l’adaptation à l’écran, Quelque part dans le temps, a pour acteur principal Christopher Reeve) ou encore du roman Je suis une légende dans Le Survivant. Il considère ce dernier film, avec Charlton Heston, comme trahissant l’esprit du texte original.

En 1998, il écrit Au-delà de nos rêves, qui est adapté par Vincent Ward au cinéma la même année avec Robin Williams en tête d’affiche.

Matheson aura rédigé, entre autres, des scénarios pour les séries de science-fiction La Quatrième Dimension et Star Trek ainsi que le scénario (adapté de l’une de ses nouvelles) de Duel, le téléfilm qui a lancé la carrière de Steven Spielberg.

En 1995, il publie en tant qu’éditeur Appreciations of a Master, une compilation des meilleures nouvelles de Robert Bloch en hommage à son ami décédé l’année précédente.

Son fils, Richard Christian Matheson, est lui aussi écrivain.

Richard Matheson est, plus généralement, l’auteur de quelques 200 nouvelles tournant essentiellement autour des genres suspense et fantastique. Ses incursions dans le domaine de la science-fiction, si elles s’accommodent bien de cette classification par les thèmes dont elles traitent, restent souvent ancrées autour d’une situation en apparence normale et qui, par un phénomène scientifique mal défini mais rationnel, perd le contact avec la réalité. Le lecteur, alors, retrouve par ce jeu certaines des peurs ancestrales de l’humanité telles la folie, l’abandon, la mort, la solitude.

En cela, la tonalité des textes de Matheson rejoint souvent celle de Stephen King (rapprochement qu’a confirmé ce dernier dans de nombreuses interviews).

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.74/10
Nombre d'évaluations : 388

0 Citations 279 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Richard Matheson

Sortie Poche France/Français : 2017-11-14

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Florance 2018-07-15T15:11:55+02:00

Entre le bronze et l'argent.

Au début j'étais dibutative, finalement je l'ai lu d'une traite. Intéressant, mais c'est peu être trop adulte pour me plaire plus pour l'instant. Il y a des passages de développement qui me paraissent un peu bizarre, d'abord il semble apprendre vite, ensuite la découverte du germe a l'air bien simple...

Sinon, je regrette aussi que le livre ne continue pas même si la réflexion a la fin était géniale.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mataii 2018-07-18T20:55:32+02:00

Lu après avoir vu le film, pour me donner une idée de la chose.

Les deux ont énormément de différences, et quelques points communs.

Après ça reste de la SF post apocalyptique avec des "zombies" (plutôt des vampires dans ce cas de figure, on est quand même dans les années 50...). Une intrigue sympathique; même s'il y a quelques longueurs. Mais on suit les péripéties de ce scientifique qui tente de survivre comme il peut.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kkittymelo 2018-08-31T09:48:02+02:00

Je suis une légende est l’un des classiques de la littérature SF que je voulais absolument lire en cette année 2018. D’autant plus que l’adaptation cinématographique avec Will Smith est particulièrement bien réussie. Enfin, ça c’est que je croyais avant.

Car quelle ne fut pas ma surprise lorsque les premières pages du roman furent tournées.

Ainsi, on y suit bel et bien Robert Neville après l’infection qui ravage l’intégralité de la population humaine mais là s’arrête l’analogie. En effet, le roman est beaucoup plus sombre et psychologiquement dur que le film. De plus, l’histoire elle-même diffère légèrement au début pour diverger totalement vers la fin.

Concrètement, j’ai passé un bon moment de lecture. Le fait de rentrer directement dans le vif du sujet et finalement de se laisser surprendre par une histoire qu’on pensait connaître est ce qui m’a tenu en haleine jusqu’à la fin. Je voulais absolument savoir ce qui allait arriver à Robert, si son comportement allait changer et si le monde allait être sauvé.

Ce qui est le plus perturbant avec cette histoire, c’est le caractère instable de la personnalité de Robert. Ainsi, on découvre qu’il a du mal à gérer la situation auquel il est confronté. La solitude, l’angoisse de mourir d’un jour à l’autre, devoir survivre à lui-même. Avec ce livre, Richard Matheson nous raconte plus qu’une histoire post-apocalyptique. C’est un récit de survie très réaliste finalement d’un homme seul face à lui-même. Que faire sinon espérer et lutter contre la désillusion.

J’ai beaucoup aimé cet aspect du roman bien que cela engendre des longueurs. Le fait qu’il y ait peu d’action aussi n’est pas un mal mais j’aurais tout de même apprécié que le mystère autour des personnes infectées ne soit pas levé aussi rapidement. Après, je trouve que le sujet est bien traité et somme toute original pour l’époque.

Et puis, on en parle de cette fin ? Pas du tout ce à quoi je m’attendais mais si juste en fin de compte. Le moins que l’on puisse dire c’est que ce livre a été surprenant du début à la fin avec un anti-héros qui ne s’assume pas mais dans lequel il est facile de s’identifier en pareille situation.

Bref, à la fois pessimiste et promesse d’avenir. Voilà ce qu’il faut retenir de ce roman.

http://melimelobooks.blogspot.com/2018/08/je-suis-une-legende-richard-matheson.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Eurylia 2018-09-13T22:07:36+02:00

Je ressors perplexe de cette lecture, avec comme un goût d'inachevé. J'ai beaucoup aimé les deux précédents romans de Matheson que j'ai lus et je me délectais d'avance de commencer celui-ci mais je suis restée sur ma faim. Je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher aux personnages de Richard et d'Elise. Après un début enthousiasmant, le passage sur le voyage dans le temps est tellement long et peu intéressant que je n'ai jamais réussi à raccrocher le train. Au final, je me suis rendue compte que ce qui allait leur arriver m'importait peu, ce qui est quand même assez triste pour une romance...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Gollum 2018-09-24T19:44:12+02:00

J'ai adoré, mais ça a un peu vieilli. Dans le même genre mais en mieux, je trouve, et plus récent, il y a Micro, de Michael Crichton.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ManuelV 2018-10-02T14:40:42+02:00

J'adore les recueils de nouvelles, surtout fantastiques et celles de Matheson en particulier. Un grand talent que ce Richard Matheson ! Les cinq nouvelles qui composent ce livre sont toutes plus intéressantes les unes que les autres ! La grande force de ce livre c'est qu'il nous fait réfléchir sur nous-même encore longtemps après la dernière page tournée. Du grand art !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ManuelV 2018-10-02T15:35:57+02:00

Que Matheson nous parle du futur, du passé ou du présent, il parvient toujours à nous faire oublier ce qui est réel et ce qui ne l'est pas. L'angoisse du réel, le surréalisme de l'ordinaire, voilà de quoi nous parle Matheson. Car l'humain est la constante. L'homme, lui, ne change pas. Toujours les mêmes peurs et les mêmes désirs.

Ce premier recueil va d'éblouissement en éblouissement, et on a l'impression que chaque nouvelle a un auteur différent, tant Matheson a un style toujours en recherche, une plume toujours au service non de l'auteur mais de son histoire.

Oubliez le fantastique ou la science-fiction. Ces nouvelles, par leur style toujours changeant, par leur ton toujours surprenant, sont bien un chef-d'oeuvre de la Littérature avec un grand L.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ManuelV 2018-10-02T15:40:28+02:00

Richard Matheson fait partie de ces auteurs dont le public ignore souvent le nom et dont tout le monde connait l'oeuvre: ses nouvelles ont été fréquemment adaptées à la télévision, notamment dans la série "la quatrième dimension". C'est également à Matheson que l'on doit le script originel de "Duel" le film qui révéla Steven Spielberg. Bref, cet auteur est un incontournable du genre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ManuelV 2018-10-02T15:45:05+02:00

Je suis fan des nouvelles généralement mais ce roman est un livre "Culte" !!!On plonge facilement dans cette histoire à la fois terrible et magnifique. On ne peut que s'identifier au héros, et vibrer avec lui à chaque nouveau rebondissement.

Si cela m'arrivait ? C'est la question que l'on ne peut s'empêcher de se poser.

On frissonne du début, jusqu'à la fin.Remarquable !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Irene-Adler 2018-10-03T22:26:58+02:00

Que dire sur ce livre qui n'a pas encore été dit ici ?? Pas évident. Vous dire que, comme bon nombre, j'ai découvert le film bien avant le roman original et que j'ai vite mis de côté les souvenirs que j'avais de Will Smith sillonnant un New-York vide avec son berger allemand ?

Et bien oui, pour ceux qui débarqueraient de la planète mars (John Carter, si tu me lis...), les deux oeuvres ont des points communs mais ne se ressemblent guère.

Déjà, l'époque (1976 pour le livre), la non-présence de Rex chien flic, si ce n'est un pauvre clébard famélique, et surtout que Robert Neville est blond... et encore des tas d'autres détails. Dont la fin qui est loin d'être Holywoodienne.

Ce fut donc une belle découverte ce roman que j'ai commencé ce matin et fini ce soir (mais pourquoi j'ai évité comme la peste les romans de Classiques SF, moi ?).

Le pitch (Black ?) : Robert Neville est le dernier survivant d'une pandémie. Cette épidémie fut causée par un bacille qui transforma les gens en espèces de vampires (loin des Bisounours de la mère Meyer) qui, heureusement pour lui, ne survivent pas à la lumière du soleil.

Robert tient tête, depuis trois ans, à ces vampires, parmi lesquels se retrouvent ses anciens amis et voisins devenus des vampires.

Vivant dans une maison barricadée et fortifiée afin de résister aux attaques nocturnes de ces noctambules hémoglobinovore, il ne sort que pendant la journée afin de se ravitailler.

Je me plains parfois du climat Belge, mais notre pauvre "last men" vit dans un climat d'horreur, étouffé par la solitude et les remords. Je me suis attachée à lui.

Bien qu'il y ait des cadavres à la pelle dans le livre, il n'y a pas de temps mort dans la lecture. Attention, pas de scène de bastons grandiloquentes, pas d'action pure et dure et pourtant, on ne s'emmerde pas en le lisant. Loin de là, le rythme est trépidant et les pages tournent toutes seules.

C'est un huis-clos puisque, à quelques exceptions près (les souvenirs et les morts-vivants), Neville est seul avec ses pensées qui le hantent.

Et pour ce qui est des dialogues, les vampires ne sont pas très prolixes !

Puisque je vous cause des vampires, j'ai aimé l'approche que Richard Matheson fait sur ce mythe. Point de mystère ou de fantastique, mais de la science ! Cela change tout.

Avec l'ami Will Smith, le film tournait autour d'un combat à mort de l'homme (le gentil) contre les vampires (les méchants). Manichéen à mort et très "simpliste".

Diable, nous étions bien loin des subtilités que le roman nous offre et que les studios d'Hollywood ont laissé de côté. Le roman de Matheson est bien plus ambivalent.

"C'est la majorité qui définit la norme, non les individus isolés". Et tout est dit.

Afficher en entier

Dédicaces de Richard Matheson
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Denoël : 23 livres

Flammarion : 13 livres

Gallimard : 12 livres

J'ai lu : 12 livres

Pocket : 5 livres

LGF - Le Livre de Poche : 4 livres

Gollancz : 4 livres

Clancier-Guénaud : 2 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode