Livres
433 601
Membres
355 692

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Robert Heinlein

268 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par anonyme 2010-09-28T21:24:08+02:00

Biographie

Robert Heinlein est né à à Butler aux USA en 1907.

Diplômé de l'US Naval Academy, il fut démobilisé pour cause de blessure et de handicap en 1934.

Il entreprit alors des études de physique et de mathématiques pour finir par décrocher sa licence à l'Université de Californie.

Propriétaire d'une mine d'argent, il ne se mit à écrire de la science-fiction qu'assez tardivement, en 1939, à l'âge de 32 ans.

Il publia son premier roman, "Rocket Ship Gallileo", en 1941

Après avoir remporté plusieurs Hugo, il fut invité comme commentateur sur les missions Apollo.

En 1975, il reçut le Grand Master Nebula Award pour l'ensemble de son oeuvre.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.32/10
Nombre d'évaluations : 73

6 Citations 86 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Robert Heinlein

Sortie Poche France/Français : 2011-06-15

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Mataii 2018-03-21T21:46:58+01:00

Roman très intéressant de Robert Heinlein qui nous livre une vaste réflexion sur la politique, la société, les relations sociales, et ce, du point de vue d'un Lunatique (comme il les appelle).

La révolte pour rendre indépendante la Lune, colonie de la Terre, est menée avec intelligence et pédagogie, d'ailleurs la première partie du bouquin semble être un guide pour bien mener sa rébellion et c'est excellent : pensée, réfléchie et surtout très plausible. On est pris dans les faits, tout en découvrant le quotidien des gens de la Lune : travail, moeurs, vie de famille avec la légalisation de la polygamie (vue de façon positive).

La seconde partie du livre est plus axée politique avec l'établissement d'un nouveau gouvernement sur la Lune (ce que j'ai moins aimé) mais elle permet malgré tout de lancer une critique acerbe envers les politiques et les lois sur Terre.

Beaucoup de bonnes choses en définitive avec une écriture fluide et naturelle.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bateleur 2018-04-16T10:07:26+02:00

Un classique...

Personnage attachant, avec une critique marquée d'un mode de vivre pas si éloigné du nôtre, hélas...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LilyMoon 2018-05-02T14:14:44+02:00

Le livre n'est pas récent, ça se sent à la lecture avec certains détails datés ou "loupés" (quand on imagine le futur, et que ça tourne différemment !), mais ce n'est pas un gros souci car l'histoire est intéressante, tout comme les personnages (j'inclus bien sûr le chat !). Ca vient peut-être de l'époque où il a été écrit, mais de la SF aussi optimiste, c'est rare et ça fait du bien, des fois.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mataii 2018-06-18T22:51:45+02:00

Très bon bouquin de Robert Heinlein.. L'auteur suit l'histoire des deux jumeaux télépathes, Pat et Tom, engagés dans un projet de colonisation de planètes pour palier la surpopulation sur Terre. Tandis que l'un reste sur Terre (Pat), l'autre fait son voyage à bord d'un vaisseau voyageant à la vitesse de la lumière. La télépathie est le moyen de défier les contraintes physique de l'espace et du temps que posent ce type de voyage dans l'espace...et à la vitesse de la lumière, le temps ne défile pas de la même manière. En conséquence : le jumeau sur Terre vieillit plus vite que celui dans le vaisseau.

Le livre n'est pas qu'une sorte de space opéra. On suit surtout les relations entre les deux frères ainsi que leur rivalité. Malgré leur complicité, la distance physique et émotionnelle se crée entre eux. Le voyage est donc finalement un tantinet initiatique et spirituel, Tom malgré son jeune âge ressort de son périple plus mature.

En dehors de l'aspect psychologique, il y a quelques plans scientifiques pour nous expliquer le pourquoi du comment du vieillissement "ralenti" en vitesse de la lumière. Quelques notions de physique, d'astronomie et de géologie pour nous décrire les planètes visitées , avec parfois un léger côté planet-opéra mais sans tomber dans la surrenchère puisqu'on découvre tout ça à travers le récit de Tom.

Un livre qui finalement se lit très bien et très vite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Masa50 2018-07-08T19:46:19+02:00

Hé bien moi qui avais rangé Robert Anson Heinlein dans la catégorie SF militaire, je dois dire que j'avais fait l'impasse sur sa bibliographie. Après un « Marionnettes humaines » satirique, humoristique et un « Étoiles, garde-à-vous ! » pompeux, proche de l'apologie des armées, j'ai mis longtemps avant d'essayer de lire autre chose.

Comme la plupart des récits écrits par Robert Anson Heinlein, « Une porte sur l'été » est narré à la première personne. J'ai eu beaucoup d'empathie pour son personnage principal (du nom de Daniel B. Travis), un scientifique bafoué par deux amis. Il n'est pas bon de mélanger amitié et affaire. de plus, ce cher savant possède un animal tout aussi sympathique, un félin attachant très caractériel.

Daniel B. Travis est un ingénieur et inventeur. Il fabrique des robots. Suite à broutille avec ses associés, il sombre dans la dépression, sur un coup de tête, décide de plonger dans le long sommeil – de la cryogénie – pour se rendre 30 années plus tard, en l'an 2000. Les 3 dates clés du roman sont donc 1956 où Robert Anson Heilein a écrit ce roman, 1970 l'époque où se situe l'histoire et 2000 (/2001) celle de son futur. C'est par ailleurs ici que j'ai découvert deux facettes de l'auteur. Dans « Marionnettes humaines » (parut 5 ans plus tôt), il nous peignait un avenir très science-fiction avec des voitures volantes. Ici, bien que certains événements paraissent, à ce jour, risibles, l'écrivain s'est contenté d'une SF plus réaliste.

Ce qui m'a frappé, c'est son imagination. L'inventeur s'imagine tout un tas de machines, plus ou moins loufoques, mais dont deux ont été réalisés quelques années plus tard. Sa table à dessiner fut conçu par une société américaine à la fin des années ‘80, quant à son aspirateur autonome, nul besoin de parler de ces machines que l'on trouve dans le commerce. Chapeau l'artiste.

L'histoire est prenante, même si on tourne un peu en rond à un moment et que la fin m'a paru prévisible. Son personnage et son chat m'ont été sympathiques. Ce fut une lecture agréable. Nous avons là un bon cru de cette décennie que j'affectionne tant dans la littérature de l'imaginaire. Je rajouterai à cela que c'est un roman optimiste et que cela fait du bien de l'avoir lu, ce qui m'a redonné l'envie d'en lire davantage sur l'auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Masa50 2018-07-08T19:50:18+02:00

Qu'elle est hideuse cette couverture – comme l'ensemble de cette collection – issue de l'éditeur Pocket Science-fiction tout d'argent vêtu avec, en son centre, une illustration, tout aussi moche, de Wojtek Siudmak. C'est mon deuxième livre de Robert Anson Heinlein depuis le début de l'année (et j'enchaînerai avec un troisième au mois de mars avec une lecture commune).

L'esclavage est le sujet principal du livre. Je rejoindrais sur pas mal de points mon ami Fnitter sur son avis, que je conseille par ailleurs de lire. Nous suivons un très jeune garçon réduit en serf, mais qui aura la chance de rencontrer un vénérable mendiant mutilé.

J'ai plutôt apprécié le début bien que j'aurais aimé davantage d'informations sur cette exoplanète. À défaut d'en savoir plus, je l'imagine en mode Tatooine, c'est-à-dire désertique. Son mentor est également sympathique et c'est avec plaisir que l'on suit l'apprentissage du personnage principal.

L'enfant a bien grandi, il devient adolescent et intègre une famille de marchands. J'ai trouvé beaucoup de similitudes avec les peuples nomades que l'on surnomme les gens du voyage. C'est un cercle très fermé où les échanges avec les sédentaires sont purement commerciaux. C'est par ailleurs grâce à une anthropologue que l'on apprend un peu plus sur cette communauté. Les mariages se font entre eux, il n'y a pas d'hétérogénéité.

Puis vint l'heure du service militaire. Robert Anson Heinlein de sa passion militariste se livre, à sa plus grande joie, dans un panégyrique de l'armée. Si j'ai commencé à perdre pied dans peu avant, ici, j'ai coulé. Impossible de m'intéresser au récit. Les pages m'ont paru longues et le roman, pourtant court, s'est révélé interminable. Pour éviter de faire du sur-place, j'ai commencé à sauter des passages.

Enfin, pour finir, j'avoue avoir passé plusieurs paragraphes, le gamin n'a plus rien à voir avec le début. Une fois adulte, il trouve un travail dans la finance (me semble-t-il).

J'admire le fond de l'histoire, de suivre l'évolution d'un très jeune esclave, mais pour la forme, j'ai détesté le style pompeux. Comme quoi, avec Robert Anson Heinlein, c'est soit j'adore (« Marionnettes humaines » et « L'Âge des étoiles »), soit je déteste (« Étoiles, garde-à-vous ! » et « Citoyen des étoiles »), pas de juste milieu. de plus, j'ai abhorré ces dialogues simplets où l'écrivain nous prend quelques fois pour des truffes.

Bref, j'ai retrouvé ce que je déteste dans les récits de Robert Anson Heinlein, c'est son militarisme assumé. de plus, il ne s'y passe pas grand-chose, le texte est relativement lent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Masa50 2018-07-08T19:54:55+02:00

Chouette idée que ce livre proposée par notre amie Frifrildi comme lecture commune du mois de mars. Je n'ai pas hésité longtemps à le prendre lorsque j'ai vu qu'il était disponible dans ma librairie. Cela fait un autre récit de Robert Anson Heinlein que je lis depuis le début de l'année, avec un total de trois lectures.

De quel côté va se loger ce roman ? du côté obscur – comme ce fut le cas récemment avec « Citoyen de la galaxie » – ou bien du côté lumineux ?

Ce texte est très riche sur les thèmes abordés. Bien évidemment, on notera comme sujet de départ, celui de la surpopulation. Nous disposons d'une seule Terre, jusqu'à preuve du contraire, elle est unique. À elle seule, elle a permis le développement de vies complexes et variées avec pour dominateur sur les autres espèces : l'être humain, destructeur et qui dispose d'un acquis sans partage.

Là où le roman et la réalité prennent des chemins différents, pour la vision de Robert Anson Heinlein, il faut aller chercher directement à source en envoyant des flottes d'explorateurs, comme ce fut le cas avec nos ancêtres vers les nouveaux continents. Nous ne disposons pas encore d'une puissance pour faire de très longs voyages et d'atteindre une vitesse proche de celle de la lumière. C'est pourquoi, nos scientifiques scrutent le ciel, dans l'espoir d'y déceler une soeur à notre Terre.

C'est là qu'intervient le second thème : les voyages dans l'espace, ce qui entraîne par la même occasion des voyages dans le temps. L'auteur étant un très bon conteur, il nous explique de manière très simple comment le temps s'écoule différemment entre l'espace et notre planète. Ainsi, le personnage principal reste juvénile tandis que son jumeau vieillit.

Et le troisième sujet est donc… la télépathie. La vitesse du son est très inférieure à celle de la lumière. de ce fait, pour communiquer entre les explorateurs et les terriens, le seul moyen de dialoguer est la transmission par la pensée qui est instantanée et non altérée par la physique.

J'ai beaucoup aimé le récit. le côté aventure vers la conquête de la voie lactée est fascinant bien que les descriptions des planètes découvertes restent succinctes. le personnage principal est, à mon sens, assez antipathique. Il est bien dommage qu'il ne s'ouvre pas plus. Pour le reste, le jumeau, plutôt agréable, disparaît trop rapidement, tout comme les autres membres de la famille. Seul le capitaine du vaisseau reste remarquable. En ce qui concerne l'ensemble des protagonistes, je les ai trouvés plat.

J'ai trouvé un point commun avec « Une porte sur l'été ».Spoiler(cliquez pour révéler) La fin est similaire. le personnage principal se marie avec sa nièce (petite-nièce ici). Ce fantasme de l'écrivain peut déranger le lecteur. Je dois dire que cela m'avait déjà troublé dans le roman précité.

Je remercie encore Frifrildi d'avoir proposé cette lecture. Ce n'est pas un coup de coeur, mais une excellente découverte. Je ne l'aurais peut-être pas lu, tout du moins pas dans l'immédiat. J'ai été moins emballé par la fin et quelques éléments qui m'ont dérangé comme la télépathie qui reste sous-exploitée à mon sens, même si cela procure quelques bons passages au début du récit, tout comme les interactions entre les membres de l'équipage. « L'âge des étoiles », par son côté exploration est un bon livre. Est-il nécessaire de mentionner qu'une fois de plus la magie de ces écrits des années ‘50. Une décennie riche et féconde où les auteurs excellaient dans la Science-Fiction.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Daranc 2018-07-11T16:15:15+02:00

donc nous voici avec un ouvrage avec deux titres (diable) ce qui gène un peu les recherches sur Booknode, d’un autre coté nous avons souvent des ouvrages différents avec le même titre...ce qui gène également les recherches sur Booknode titre#1 Route pour la gloire tiitre#2 En route pour la gloire heureusement que le nom de l'auteur, et le quatrième de couverture nous donne un petit renseignement

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vance 2018-08-22T09:29:21+02:00

Alors oui, Heinlein est un ancien militaire, frustré par une grave maladie qui lui a fait renoncer à la brillante carrière qu'il avait entamée. Oui, la citation finale est :

"A la gloire éternelle de l'Infanterie."

Oui, la seule note historique met en exergue l'acte d'héroïsme du soldat de 2e classe Rodger Young pendant la Seconde Guerre Mondiale (blessé 3 fois, il a pu à lui seul détruire un nid de mitrailleuses et permettre à son unité de s'en sortir). Oui, le roman est dédié à un certain A. G. Smith ainsi qu'à

tous les adjudants de tous les temps.

Et oui, l'histoire met en lumière la façon dont un jeune ado désoeuvré trouvera dans l'armée le cadre et les valeurs qui feront de lui un homme.

Doit-on pour autant s'arrêter à ce genre de discours fascisant ? Ce serait une erreur. Car quoi qu'on en dise, Heinlein est un sacré écrivain. Autant pour les passages où les personnes doutent, se sermonnent, prennent des résolutions, que pour les moments de bravoure où il décrit les combats, âpres, inhumains, où le fantassin malgré son équipement incroyable (armure auto-réparatrice, unité de propulsion - ou jet-packs - permettant de faire des bonds de plusieurs dizaines de mètres, réseau de communication inter-unités) n'est qu'un pion presque impuissant, mais un pion nécessaire. Face à l'adversité, à l'enfer qui se déchaîne à la surface des planètes où s'effectuent les raids, oui, les jeunes hommes pour survivre doivent faire appel à toutes leurs ressources, et ne font confiance qu'à la voix féminine qui leur signalera le retour au bercail (car dans ce monde, les femmes, plus vives, plus douées, plus rationnelles que les mâles, sont pilotes).

Starship Troopers est un roman jouissif d'une très rare qualité d'écriture. Avec En Terre étrangère et son Histoire du Futur, Heinlein a prouvé qu'il était capable d'écrire autre chose, avec un talent sans cesse renouvelé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lupa 2018-09-16T12:35:19+02:00

Ouvrir cette porte sur l'été s'imposait, pas tant pour être raccord avec la saison, que pour découvrir enfin la plume de Robert A. Heinlein, et me satisfaire d'une nouvelle histoire de voyage dans le temps, thème souvent prisé dans mes choix :)

Ce roman de science-fiction a été publié en 1956 aux États-Unis, et en 1958 dans sa version française.

Je n'ai découvert sa date de publication qu'après l'avoir refermé, et je dois dire que je suis étonnée de son âge, réalisant après coup, que c'est une histoire qui n'a quasiment pas pris une ride en 62 ans, ou si peu. Fluide, bien amenée, je l'ai trouvée entraînante et vraiment flatteuse dans la simplicité de sa construction.

[...]

Pour mon premier Heinlein, je suis contente d'avoir vu ce qui se cachait derrière cette porte.

Un récit si bien raconté, si plaisant et abordable à lire, et qui ne se laisse pas freiner dans son élan pas une complexité inutile, me rappelle que c'est bien à ça que l'on reconnaît le talent, le vrai !

Celui qui justifie qu'Heinlein ait été souvent considéré comme l'un des « trois grands » (Big Three) auteurs de science-fiction de langue anglaise avec Isaac Asimov et Arthur C. Clarke, et aussi l'un des plus vendus pendant de nombreuses décennies.

Un savoir-faire qui n'a pas d'âge, et reste immuable, tant dans son style sobre et élégant, que dans la solidité de son propos qui semble inébranlable.

De l'étoffe de ceux qui démontrent qu'il n'est pas nécessaire de chercher la sophistication et les artifices inutiles, quand la précision combinée à une grande limpidité suffit amplement,

Qui a le mérite de réussir à vous emmener vers un voyage dans le temps sans jamais vous perdre dans le dédale passé/présent/futur, tout en vous évitant un étourdissant jetlag temporel à l'arrivée.

Et celui qui parvient même à apporter un brin de romantisme en bénéfice du temps rattrapé ;-)

J'ai donc non seulement trouvé un été lumineux derrière cette porte, mais en allant au-delà du seuil "heinleinien", j'ai également entrevu de nombreuses autres issues à franchir, à commencer par celle qui mène En terre étrangère, et que j'ai forcément hâte d'ouvrir à son tour ;-)

Retrouvez l'intégralité de ma chronique sur le blog :

http://lup-appassionata.blogspot.com/2018/08/une-porte-sur-lete-de-robert-heinlein.html

Afficher en entier

On parle de Robert Heinlein ici :

Guide de l'âge d'or : les maîtres
2017-02-18T18:35:11+01:00

Dédicaces de Robert Heinlein
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

J'ai lu : 25 livres

Pocket : 19 livres

LGF - Le Livre de Poche : 9 livres

Gallimard : 9 livres

Terres de Brume : 7 livres

Robert Laffont : 6 livres

Opta : 6 livres

Denoël : 4 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode