Livres
432 972
Membres
354 944

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par lesparolesenvolent 2018-05-16T16:19:16+02:00
Or

1944. Jeff est affublé d’un cicatrice, une malformation disgracieuse au niveau du visage : un bec de lièvre, qui malgré des opérations chirurgicales, apparaît comme un stigmate en guise de sourire. Si ses parents et son petit frère Bubby le soutiennent de tout leur amour et leur attention pour l’aider à supporter ce « handicap » ; en revanche ses camarades d’école se montrent sans pitié pour celui qu’ils surnomment du quolibet de « grosse lèvre ». Exclu des jeux et moqué à souhait malgré les recommandations de l’institutrice Mademoiselle Martel, la cour de récréation s'apparente à une meute hostile dénuée de la moindre bienveillance. Dans cette junte solitaire l’attention providentielle du populaire et aimable WIlly estompera peu à peu les railleries des autres camarades. L’acceptation de Jeff à l’école et son amitié avec Willy progressent de concert d’autant que les deux enfants partagent la passion de la philatélie.

En confiance, Willy lui expose sa collection dotée entre autre d'un précieux « timbre transparent » dont sa beauté et sa grande rareté éveilleront bientôt la convoitise de Jeff. La tentation de le posséder lui-même est très forte. Et lors d'une visite chez son ami l'occasion s'offre à Jeff de le dérober. Or lui seul pouvait être l’auteur du forfait. L’accusation de vol se répandra par Ronald un autre ami de Willy, témoin de l’incident. Le discrédit jeté sur Jeff ébranle vite son acceptation naissante à l'école. Sa mauvaise posture d'une solitude retrouvée ne le fait pas infléchir, il va se fourvoyer dans son obstination à nier le vol et ne se résigne pas à restituer son produit de son larcin trop heureux de le posséder. Le regret d’avoir trahi son seul ami lui pèse mais comment sortir de cette impasse.

La mauvaise foi gagnera sa conscience, brisera la bienveillance portée son égard par ceux qui l'aiment...

MON AVIS

Le livre aborde comme principal thème :

Le handicap

Il faut replacer le récit en 1944 et le récit écrit en 1961. A cette époque, et plus rarement aujourd'hui, le bec-de-lièvre se révélait comme une malformation difficilement résorbée malgré des chirurgies. Ici, dans "La cicatrice", l’idée de la différence est transposable à d'autres problèmes et se révèle alors intemporel et universel.

Je vais mettre l’exclusion de Jeff par ses camarades comme probable, mais la situation de rejet persistante du début du livre me paraît assez peu excessive : les enfants sont moins enclins à souligner la différence que les adultes ; et avec des explications, ils la comprennent et l'acceptent facilement. L’auteur a choisi une note très pessimiste de la nature humaine en se plaçant son prisme avec cette idée "cet âge est sans pitié" et base le roman sur les conséquences d'un rejet.

Et les autres thèmes :

Le rôle de la religion

La religion, dans le contexte du roman joue plusieurs rôles. Elle s'explique comme salut potentiel où le malheureux est presque "sélectionné" par Dieu. Les prières sont aussi porteuses d'un espor de guérison ou l'acceptation pour un handicap ; ces principes judéo-chrétien "heureux les aveugles... ", qui cultive ce culte. La naïveté et la ferveur de prières réitérées par Jeff à ce Dieu tout puissant font d'abord sourire, car elles sont perçues comme LE REMEDE. Chaque matin il guette devant le miroir le miracle attendu de voir sa cicatrice gommée, et on s'émeut alors de sa désolation terreau de son aigreur devant l'inefficacité de sa foi. Ce sentiment d'injustice fera naître en lui une rancœur croissante. Les prières, la religion offre des possibilités d'espoir, dont Jeff use telle une superstition, un code à respecter pour remettre tout en ordre ; que lui reste-t-il après comme solution si celle-ci est un échec ?

La famille

Son rôle, prépondérant dans le soutien envers l'enfant, lui offrent dans son foyer le refuge nécessaire. Cependant, la surprotection des parents de Jeff montrerons ses limites

Page 18 : « raconte mon garçon. Nous t’écoutons Nous sommes là pour ça. » Encore faut-il pouvoir…

La Seconde Guerre mondiale : Willy est le jeune frère d'un militaire de carrière qui mourra en service. Willy, adolescent doué d'une grande générosité montre sa bonté envers Jeff. L'auteur le présente comme un personnage de grande qualité et contraste avec le héros du roman : populaire mais modeste, clément mais pas crédule. Son attitude de bienveillance dans l'affaire du vol de ses timbres renforce encore cette impression d'humanité d'autant qu'il en est l’unique victime.

Monsieur Sandt, ce vieil homme et ami de Jeff, offre à l'adolescent une amitié gratuite et compréhensive de cette période de guerre où il est prudent de se faire discret. Les visites régulières de Jeff, lui ouvrent une brèche de sagesse suggérant à l'enfant comment rendre les timbres sans conséquence déshonorantes.

La méchanceté

D'abord criante de cruauté de la part des enfants de l'école on voit ensuite Jeff, devenir au fil du livre devient de plus en plus insensible et s'enfermer dans ses mensonges. Sa défiance à l'égard de tous se renforcent et ceux qui l'aiment ne perçoivent pas la puissance négative de ses actes ; lui-même n'imagine pas les conséquences de ce que lui dicte son instinct et pourtant il s'enferre dans ce marasme. L'adversité l'a endurcit car sa conscience le travaille et pourtant... La fin du roman est poignante d'émotion.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par CharlotteEaulnes 2018-01-20T16:10:55+01:00
Argent

Au risque de répéter les autres commentaires, c'est un livre très touchant.

Par contre, s'il est vrai que la différence, le handicap, la difficulté d'être accepté par les autres, sont des thèmes majeurs de ce livre, pour moi, la Cicatrice n'est pas tant celle qui défigure Jeff; c'est plutôt la marque de la culpabilité dans laquelle il s'enfonce. Ce processus est si bien décrit, ça pourrait être n'importe qui d'entre nous, ça en est presque douloureux à lire...

Donc oui, c'est un livre triste, mais qui fait beaucoup réfléchir et surtout qui est (à mon sens) très subtilement écrit.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FauGDCP 2017-12-17T17:56:29+01:00
Lu aussi

Je n'ai vraiment pas beaucoup aimé ce livre. Je l'ai trouvé ennuyant et sans intérêt.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par loldomedi 2017-11-09T17:12:58+01:00
Bronze

Un livre touchant, que j'ai lu pour le collège mais je n'ai pas très bien accroché. Néanmoins, il est très facile à comprendre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lilouandme 2017-10-05T07:38:51+02:00
Argent

À la base je l'ais lu pour le collège, mais finalement, j'ai bien accroché. Très bien écrit et émouvant, je vous le conseille !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par tiinker 2017-01-22T14:59:42+01:00

Je dois dire que je m'attendais à pire, genre vrai drame quand j'ai lu les avis des lecteurs. Genre, mes mouchoirs étaient prêts. Mais ouf, non.

C'est l'histoire de Jeff, un pré ado qui a un bec de lièvre et à qui ses parents ont toujours fait croire qu'il avait eu un accident. Il change d'école car les moyens de ses parents ont augmenté. On a donc une vision de la vie en 1944, avec les différences de statuts sociaux, et malheureusement je trouve àa encore très actuel.

Ce petit garçon est adorable, il essaie d'être bon mais c'est très difficile vu les brimades qu'il subit à l'école. Là encore, j'ai été touchée de voir que nous avons peu évolué à ce niveau-là. Dès qu'une personne est un peu différente ou handicapée, elle est rejetée et moquée. J'avais de la peine pour lui et l'évolution m'a surprise, sans vraiment être surprenante en un sens car c'est psychologiquement logique. Tristement.

Anecdote : J'ai lu que cet auteur écrivait en français puis traduisait son roman en anglais. Amusant ^^ C'est très bien écrit, à la première personne, avec la mentalité d'un enfant et de l'époque. c'est un livre à offrir aux ado pour apprendre la tolérance et à ne pas devenir bourreau.

Bisous ! http://lireoudormir.blogspot.fr/2017/01/la-cicatrice.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par The_Dolphin 2016-12-20T18:19:29+01:00
Bronze

Un livre qui m'a beaucoup marquée, à la fois émouvant et faisant réfléchir !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par domenica 2016-11-26T17:51:05+01:00
Or

Je sort de ce roman complétement émue et bouleversée, un court roman fort sur la violence de la différence.

Jeff est un garçon de treize ans qui est né avec un bec de lièvre,vivant dans une famille relativement heureuse, il grandit auprès de ses parents qui pour le protéger lui expliqueront que "sa différence" est du a un accident, son petit frère Bubby lui est très attaché.

Mais Jeff va subir des brimades constantes à l'école et seul un élève s'intéressera à lui, il partagerons une passion commune pour les timbres.

Puis un jour un événement va tout bousculer et la vie de Jeff va en être complètement bouleversé, son comportement va changer et ce bouleversement sera dévastateur pour sa famille.

Un roman puissant en émotions laissant le lecteur dans un sentiment de bouleversement total, une prise de conscience, un coup au cœur, comme un cauchemar dont on veut se réveiller.

A lire absolument!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Co_Co 2016-08-21T12:36:37+02:00
Bronze

Je suis un peu septique. Je ne sais pas vraiment quoi dire de ce roman. Au début j'ai eu du mal à rentrer dedans et puis ensuite je me suis mise à bien aimé le personnage principal pour ensuite le détester. Je n'ai pas été conquise par ce livre, n'y par la plume de l'auteur mais je ne peux pas dire qu'il met resté indifférente. Je suis partagée. Bonne lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Muzyka 2015-12-31T00:36:39+01:00
Or

J'avais déjà essayé de lire ce livre quand j'étais petite, à dix ans je crois, mais j'avais vraiment eu du mal, je ne suis pas sûre d'avoir tout lu d'ailleurs. En le relisant maintenant je comprends pourquoi. J'ai trouvé ce roman bien écrit mais très triste. On voit ce garçon subir une injustice, commencer à s'en sortir, voler son meilleur ami, s'enfoncer dans le mensonge, s'éloigner de sa famille jusqu'au drame. Ce n'est vraiment pas facile à lire. Mais d'un autre côté, toutes ces émotions rendent le livre assez addictif, et je pense que seuls les bons livres peuvent véhiculer autant d'émotion.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode