Livres
433 070
Membres
354 978

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Le Mur à ses yeux formait une barrière aussi infranchissable que les brumes d'Avalon. Mais que valait en définitive ce fragile ruban de pierre face à l'immensité de la lande? Ce n'était que l'oeuvre des hommes, et ce qu'un groupe d'hommes avait construit, un autre pouvait le détruire.

Afficher en entier

A Samhain, quand les Morts reviennent festoyer avec les vivants, quand la Déesse achève sa demi-année de règne et transfère sa souveraineté au Dieu, le peuple d'Angleterre forme une procession pour aller de village en village, chantant et gambadant en costumes de paille. Le Peuple des Marais monta dans des barques avec des torches dont la lumière courait à la surface de l'eau comme un feu liquide. Sur l'île des chrétiens, les moines chantèrent pour chasser les pouvoirs maléfiques qui sortaient au cours de cette nuit, lorsque s'ouvraient les portes entre les mondes. Parfois, quelque moine malchanceux, courant entre l'église et sa cellule, voyait les lumières sur l'eau s'enfoncer dans les brumes et disparaître. Ceux qui avaient entraperçu ce spectacle n'en parlaient pas. Mais pour les hommes des marais, c'était un moment de réjouissance, car cette nuit-là, comme lors des fêtes de Beltane, le cycle d'une année touchait à son terme sur l'île d'Avalon.

Afficher en entier

Quelqu'un se tenait derrière les jeunes filles. Tout d'abord, Caillean pensa qu'une des prêtresses, Eiluned ou Riannon peut-être, était descendue pour l'accueillir. Mais l'inconnue était trop petite.

Elle semblait parfaitement à son aise avec un air étrange de familiarité, comme si Caillean la connaissait depuis la nuit des temps.

Mais la nouvelle venue ne s'intéressait pas le moins du monde à Caillean. Ses yeux, à la fois sombres et limpides, restaient fixés sur Gawen. La prêtresse, qui l'avait jugée petite, revint de sa méprise. L'inconnue maintenant semblait la dominer de la taille. Ses longs cheveux bruns était coiffés dans le dos à la manière des prêtresses, en une tresse unique. Elle portait un vêtement en peau de daim, et son front était ceint d'une étroite couronne de baies écarlates.

Afficher en entier

Seuls les rêves survivront , car un rêve est immortel... Comme moi. Et même si le monde devrait changer entièrement de visage, il est des endroits où quelque pâle reflet lumineux ne sera pas perdue pour l'humanité aussi longtemps que des hommes chercheront le réconfort sur cette terre sacrée que l'on nomme Avalon.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode