Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par parapluie

Extraits de livres par parapluie

Commentaires de livres appréciés par parapluie

Extraits de livres appréciés par parapluie

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 06-10
Pourquoi tu n'acceptes pas que chaque être doit être à sa place ?
Peut-être parce que je suis pas très contente d'être dans le camp des faibles.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 06-10
Rien ne se répare plus mal qu'une enfance.
Heureusement, tu n'es plus une enfant, ta vie t'appartient, Joséphine.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 06-10
- C'est comment d'être amoureux, Camille ?
- Ça dépasse l'entendement, ça donne du courage ... Peut-être trop, dans les tranchées en pensant à ma Dédé j'ai cru que j'étais invincible.
- Je ne suis jamais tombée amoureuse. Enfin, je crois. Enfin, des hommes m'ont aimée, mais mal ...
- Il n'y a pas de mauvaise façon d'aimer. Quand on te fait mal, c'est pas de l'amour, Joséphine...
- Je sais pas, j'ai été habituée comme ça, mon oncle me ...
- Ma Joséphine, dis-le, parle-moi, ne garde pas tout en toi, petite. Tu vas rencontrer un beau jeune homme.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
On voit les abominations qui se passent dans le monde. Les gens qui sont brûlés vifs. On voit le Vietnam et l'on voit autour de soi les gens qui continuent à vivre comme si, au même moment, des villages entiers n'étaient pas réduits en cendres. On se rend compte que la réalité n'est pas une question de ce que l'on ressent. On ne ressent jamais la douleur des Vietnamiens, on se contente de la voir, c'est seulement une image. Il faut donc ne pas tenir compte des événements pour être en contact avec la réalité. Il faut trouver une autre langue qui peut nous mettre en contact avec sa nécessité. Et puis, un jour, on trouve quelqu'un qui possède cette langue-là. Où la réalité est la même ici et au Vietnam, où l'on est aussi anonyme que les Vietnamiens anonymes. C'est un soulagement, mais le vrai soulagement est encore devant nous. Il arrive seulement quand les Vietnamiens, les Palestiniens et tous les autres sont livres, eux aussi. La réalité est réelle seulement si elle est commune. Il en va de même pour le soulagement. Celui-ci devient possible si l'on est en mesure de s'oublier aussi radicalement que les gens autour de soi sont capables d'oublier les enfants vietnamiens brûlés vifs. Et là, on est en état de faire ce qu'il faut pour que tout soit changé.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 29-09
Vers un village de l'arrière
S'en allaient quatre bombardiers
Ils étaient couverts de poussière
Depuis la tête jusqu'aux pieds

Ils regardaient la vaste plaine
En parlant entre eux du passé
Et ne se retournaient qu'à peine
Quand un obus avait toussé

Tous quatre de la classe seize
Parlaient d'antan non d'avenir
Ainsi se prolongeait l'ascèse
Qui les exerçait à mourir

Poème "Exercice"
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 29-09
On imagine difficilement
A quel point le succès rend les gens stupides et tranquilles

Extrait du poème "La Victoire"
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'Ingénu écrit par Voltaire
date : 24-09
Monsieur, comment vous nommez-vous ? - On m'a toujours appelé l'Ingénu, reprit le Huron, et on m'a confirmé ce nom en Angleterre, parce que je dis toujours naïvement ce que je pense, comme je fais tout ce que je veux.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Les inconnus ont souvent la primeur des confessions d'autres inconnus.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'élève le regarda droit dans les yeux et réussit à murmurer :
- C'est pour être triste qu'il faut une raison. Pour être heureux, c'est inutile.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Et voici la conclusion de cette histoire : c'est bizarre comme une personne peut avoir toujours raison ... et être autant dans l'erreur en même temps !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Myron avait de grandes oreilles. On l'avait élu délégué de classe. Les élèves attendaient beaucoup de lui. En général, les élus sont des gens qui parlent bien. Myron faisait mieux que ça : il écoutait bien.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Comment les adultes ne peuvent-ils pas comprendre que le jeu est une activité essentielle aux enfants, la seule où nous leur laissons un peu de liberté ? Ils s'y déchargent de leur trop-plein d'énergie. Ils dotent leur poupée, leur ourson d'une âme pour peupler leur solitude.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
A cause de ce père qui était, pourtant, un brillant avocat, Janusz a décidé qu'il ne fonderait jamais de famille, persuadé que le "fils d'un fou" ne peut raisonnablement pas faire d'enfants.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Je voulais toucher au bout de l'escalier extérieur le sable, la terre pour me dire que c'était bien l'Algérie comme si le nom devait s'ancrer enfin, devenir solide, réel; ce n'était pas du cinéma, elle était là, dans ma main, la terre sous laquelle les morts et les anciens dormaient même s'ils ne m'entendaient pas quand je disais que j'étais là.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 03-09
Ici, on peut pas devenir quelqu'un. Tout ce qu'on peut, c'est être quelqu'un et le rester toute sa vie.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 24-08
Les mots tuent.
Le corps de Shaina gît sur l'asphalte.
Elle ne dansera plus.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 21-08
Je trouve qu'être moyen, c'est pire qu'être nul. (...)
Personne ne se souvient des gens moyens.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 21-08
Au lycée, j'avais l'impression d'être la seule élève à ne pas savoir, la seule à ne rien envisager. J'aurais voulu avoir une vocation, une ambition, un rêve. Mais rien de tout ça. Je me levais, matin après matin, avec un objectif mesiocre : tenir jusqu'à la fin de l'année scolaire.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le vieil homme s'approche de la fenêtre. Le vent n'agite plus le grand arbre, mais la nuit a fait éclore dans la ville des milliers de lumières qui scintillent et paraissent se déplacer. On dirait des étoiles tombées à terre et qui cherchent à s'envoler de nouveau vers le ciel. Mais elle ne peuvent le faire. On ne peut jamais s'envoler vers ce qu'on a perdu, songe alors Monsieur Linh.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Pourquoi lui faut-il donc s'éloigner de tant de choses ? Pourquoi la fin de sa vie n'est-elle que disparition, mort, enfouissement ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le vieil homme se sent tout drôle. Il y a un grand miroir derrière la porte de sa chambre. Il se regarde dedans, et aperçoit une marionnette revêtue d'un long habit bleu. La marionnette paraît perdue dans son vêtement, ses mains disparaissent dans ses manches. Sa tête est infiniment triste.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Il était moyen en tout. En somme, il manquait de couleur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 14-07
De toute façon, on nous invite jamais nulle part. Bien longtemps après les fêtes les gens viennent voir Maman pour s'excuser de l'avoir oubliée. C'est pas grave. Maman et moi on s'en fout de pas faire partie de la jet-set.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Est-ce pour survivre au regard des autres que nombre de late bloomers s'accrochent à leur vieille peau ? Montrer son vrai visage. Abattre ses cartes. Dire qui on est. Assumer. Compliqué.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
J'étais devenue frileuse à défaut d'être free-lance.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 25-03
Gloria n'est pas quelqu'un qui a l'habitude de dépasser son angoisse.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2