Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

La liste de tous les extraits faits sur les livres de booknode

Homicide, une année dans les rues de Baltimore, tome 1 : 18 janvier - 4 février 1988
Il est possible... Il est tout à fait possible... que la victime ait reçu deux balles par la même plaie d'entrée.
? Sans déconner !
Non, je plaisante.
Jay Landsman. Avec son sourire en coin. Qui planque des bouteilles d'alcool vides dans les tiroirs de ses collègues. Qui éteint la lumière des toilettes lorsqu'un gradé s'y trouve. Qui prend l'ascenseur avec le commissaire divisionnaire... et en ressort en se plaignant qu'un enfoiré lui a piqué son portefeuille.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Homicide, une année dans les rues de Baltimore, tome 1 : 18 janvier - 4 février 1988
Ok... En gros, ce que vous me dites, c'est que le lieutenant est venu voir le tableau, qu'il a failli vous donner un petit coup de pied au cul...et maintenant c'est à mon tour de me faire botter les fesses.La merde descend toujours la pente, hein, sergent ?
La gravité fécale. Définition parfaite de la hiérarchie.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Sphinx
date : 15:31 par lelette1610 voir tout les commentaires de lelette1610ses comms
- Je laisse tomber, Bruce. Trop de casse.
- Explique.
- Apsara...
- Tu ne veux pas dire...
- Trois balles dans le dos. Pas sûr qu'elle s'en sortira. Je reste avec elle et j'arrête les frais. Sinon, on y passera tous.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La dernière chance du milliardaire
– Qu’est-ce qu’il t’arrive, Cora ? Tout va bien. Ce n’est pas grave…
– Ce n’est pas grave ?
Elle me lança un regard noir.
– Comment est-ce que tu peux dire ça ? C’est grave. J’aime Ryan et on va se marier. Je ne devrais pas être là, à t’embrasser. C’est l’alcool. Je dois…
– Ce n’était pas que l’alcool, et tu le sais aussi bien que moi. Il y a quelque chose entre nous, et…
– Arrête. Je refuse d’entendre ça. Il n’y a rien entre nous. Tu ne tiens pas vraiment à moi, tu es un coureur. S’il y avait eu quoi que ce soit, il se serait déjà passé quelque chose depuis longtemps. Mais il n’y a jamais rien eu entre nous.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Homicide, une année dans les rues de Baltimore, tome 1 : 18 janvier - 4 février 1988
Pour chaque corps, l'inspecteur donne ce qu'il peut se permettre de donner.
Et rien de plus.
Il mesure soigneusement la quantité d'énergie et d'émotion qu'il peut y consacrer.
Il clôt son affaire.
Puis passe à la suivante.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Homicide, une année dans les rues de Baltimore, tome 1 : 18 janvier - 4 février 1988
A Baltimore, il y a une règle. Toute affaire qui ressemble à une tempête de merde... qui a le goût ou l'odeur d'une tempête de merde... va directement aux homicides.
La chaîne alimentaire de la police l'exige.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Homicide, une année dans les rues de Baltimore, tome 1 : 18 janvier - 4 février 1988
La brigade des homicides, c'est la première division. Le coeur du spectacle.
C'est le milieu naturel d'une espèce rare : le flic qui pense.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dans les bois éternels
- Un Polonais vieux. Un Polonais de quatre-vingt-douze ans. La tueuse de vieux a été écrasé par un vieux.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Au revoir là-haut
C'était un être dur, dont il n'y avait rien à espérer, fabriqué dans un alliage très spécial, comme les grenades, les obus et les bombes, à vous tuer d'un seul éclat, sans même s'en apercevoir.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Sphinx
date : 14:46 par lelette1610 voir tout les commentaires de lelette1610ses comms
Après sa carrière rugbystique, l'Ecossais avait adopté la méthode de longue vie de Winston Churchill: whisky, champagne et surtout pas de sport.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Sphinx
date : 14:46 par lelette1610 voir tout les commentaires de lelette1610ses comms
Le point fort, avec les Anglais, c'est qu'ils restaient anglais. Une île, ça n'avait pas que du mauvais; malgré l'Europe et le tunnel sous la Manche que Bruce aurait volontiers fermé, le British gardait ce brin de dinguerie que détestait le si sérieux couple franco-allemand.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Sphinx
date : 14:45 par lelette1610 voir tout les commentaires de lelette1610ses comms
"La parole est un bien précieux, affirmait Saint-John, il ne faut pas la gaspiller. Les bavards sont des arbres secs."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Sphinx
date : 14:44 par lelette1610 voir tout les commentaires de lelette1610ses comms
Aimer, c'était s'oublier et se perdre en l'autre. Et l'on se retrouvait par surcroît.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Sphinx
date : 14:44 par lelette1610 voir tout les commentaires de lelette1610ses comms
"Deux choses sont infinies: l'univers et la bêtise humaine. Mais pour l'univers, je ne suis pas encore complètement sûr." Albert Einstein
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Et tu embrasseras mes larmes.
je n’aurais jamais cru que ça pouvait être aussi douloureux de ne pas pleurer
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Lyla et la bête qui voulait mourir,Tome 3
" - Qu'est-ce qui t'arrive, tout à coup ?... Quoi ?
- J'ai réfléchi à ce que tu as dit sur tenir à quelqu'un ! Quand tu n'étais plus là et que je ne te trouvais pas, ça me serrait ici. Je me sentais bizarre. Mais plus maintenant ! Alors j'ai pensé que c'était peut-être ça ? Peut-être que la personne à qui je tiens, c'est toi ! "
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Njinga : Histoire d'une reine guerrière : 1582 - 1663
La biographie détaillée de la reine Njinga, qui a affronté au XVIIe siècle les colonisateurs portugais. Ceux-ci étaient en train de dépeupler l'Afrique centrale et de la transformer en un réservoir d'esclaves destinés à être déportés au Brésil. A la tête d'une armée d'hommes et de femmes, la reine lutta sans relâche, faisant tout aussi bien appel aux armes qu'à la diplomatie.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Les Lendemains avaient un goût de miel
Pourtant, comme toute personne qui découvre sa famille réellement, par le prisme de la généalogie, j'ai fini par être fascinée par les histoires bourguignonnes, pas si banales qu''elles semblaient l'être... Quiconque entreprend des recherches généalogiques, cherche forcément quelques choses, des racines, une identité, une explication, tout ce qu'on vous récite en cours de psychogénéalogie. Plus je collectais des brides d'information sur les conditions de vie de mon aïeule et de sa mère, ses sœurs, plus je découvrais autre chose... Une vie.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Ma gamine, la fac et moi, Tome 3
-Hier, il paraît qu'une lycéenne s'est fait agresser en rentrant chez elle .
-Non ...encore ?
-Dans le quartier !
-Bonjour !!
-Bonjour , maîcresse !!!
-Ça c'est encore passé ...
-Oui , et dans le quartier en plus , les mamans ne parlent que de ça .
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Les Rythmes du zodiaque
"Ceux qui survivent, affirme Steven Spielberg, sont ceux qui apprennent à s'unir, en eux-mêmes d'abord, aux autres et à la nature ensuite." La première et dernière synthèse à laquelle devrait tendre chaque être humain, est contenue tout entière dans le symbole par lequel la Tradition représente le dernier signe d'automne. Il s'agit d'unir le cavalier et son cheval, autrement dit de maîtriser -sans les refouler- les pulsions animales grâce à la conscience , pour mieux accéder aux hauteurs que suggère la flèche qu'envoie le centaure vers le ciel.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Les Rythmes du zodiaque
Le Scorpion sensibilise aux aspects socio-économiques de la sexualité, au marché, comme aux marchandages auxquels elle donne lieu. Le signe porte également à en percevoir la dimension universelle et à penser que sa finalité est d'attiser la compétitivité pour mieux perpétuer l'espèce -au moins dans les mondes végtal et animal. Dans son ouvrage Les Plantes : amours et civilisations végétales, le chercheur Jean-Marie Pelt s'est penché sur la sexualité des végétaux et sur leurs stratégies amoureuses. Dans l'Homme imaginant, le biologiste Henri Laborit a insisté sur l'importance des déterminismes génétiques, biologiques, sémantiques et socioculturels, pour en arriver à se demander si les hiérarchies humaines et animales n'étaient pas d'abord basées sur des compétitions sexuelles.
P.169
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'Astrologie universelle
Leurs significations font ressortir pour le Feu (Bélier, Lion, Sagittaire) une prépondérance Sujet : on est comme on est. Pour la Terre (Taureau, Vierge, Capicorne), une prépondérance Objet : on est dans ses avoirs, ses acquis, ses produits concrets ou abstraits. Pour l'Air (Gémeaux, Balance, Verseau), une prépondérance Relation : on est avec un ou plusieurs autres, on est lui ou eux. Pour l'Eau (Cancer, Scorpion, Poissons), une prépondérance Intégration : on n'est rien du tout dans un rien qui est tout... On ne sait qui l'on est.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'amour fou
date : 13:57 par Bibounine voir tout les commentaires de Bibounineses comms
Tu ne connaissais pas l’état d’esprit qui consiste à se sentir heureux parce qu’on est amoureux de quelqu’un et qu’on y pense sans cesse… Il fallait que je me fasse une raison. Tu n’étais ni ne ressentais ce que je voulais que tu sois et ressentes…
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'amour fou
date : 13:57 par Bibounine voir tout les commentaires de Bibounineses comms
L'autre jour, tu m'as attirée doucement contre toi...C'était si simple, si beau, si plein... Mais je suis de celles qui croient qu'il n'y a pas d'amour heureux, alors, forcément, tu es de ceux qui fuient le bonheur de peur qu'il ne se sauve...Ne te sauve ? Dès le lendemain, je me briserais à nouveau contre le mur que tu te serais empressé de rétablir entre nous...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'amour fou
date : 13:57 par Bibounine voir tout les commentaires de Bibounineses comms
L’impression que tu me donnais dans ces moments-là d’être devenu un parfait étranger que rien ni personne n’atteignait plus, me terrifiait.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'amour fou
date : 13:56 par Bibounine voir tout les commentaires de Bibounineses comms
Ses appréhensions étaient aggravées par le regret d’être incapable de répondre au silence par le silence, arme redoutable quand l’indifférence ne règne pas encore, et dont elle avait si souvent constaté l’efficacité sur elle-même, qu’elle s’en voulait de ne pas avoir la force de l’utiliser à son tour pour amener l’objet de ses tourments à sortir de se réserve. Mais la logique amoureuse lui soufflait que l’autre pouvait être attiré par son discours comme elle l’était par son non-dit.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0